France gourmande

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 8 septembre 2011

VAL DE LOIRE : LE CLASSEMENT DES MEILLEURS VINS ROUGES DE L'ANNEE

 

CLASSEMENT VAL DE LOIRE ROUGES
Partagez cet article Ajouter: CLASSEMENT+VAL-DE-LOIRE � Face Book  Ajouter: CLASSEMENT+VAL-DE-LOIRE � Wikio Ajouter: CLASSEMENT+VAL-DE-LOIRE � Delicious/Ajouter: CLASSEMENT+VAL-DE-LOIRE � Technorati  Ajouter: CLASSEMENT+VAL-DE-LOIRE � Yahoo! 

e_VAL_DE_LOIRE.jpgIMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
BEAUREGARD (S)
LA PALEINE (S)
TROTTIERES (A)
LA VARIÈRE (A)
L' ÉTÉ (A)
GAUTERIE (A)
MATIGNON (A)
MOINES (A)
Michel BLOUIN (A)
(FL (A))
GODINEAU (A)
HAUTE-PERCHE (A)
(PASSAVANT (A))
PETIT CLOCHER (A)
SAUMUR-CHAMPIGNY
BOUVET
CLOS DES CORDELIERS
LA GUILLOTERIE
PETITE CHAPELLE
TARGÉ
LA VARIÈRE
AMANDIERS
Christelle DUBOIS
Clos MAURICE
SAINT-JUST
SOURCE du RUAULT
VARINELLES
CHINON
BOUCHARDIÈRE
Pierre & Bertrand COULY
COULY-DUTHEIL
DOZON
GOURON
Patrice BARC
LA CHAPELLE
BROCOURT
COMMANDERIE
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 
QUARTERONS (SNB)
Clos du VIGNEAU (SNB)
DRUSSÉ (SNB)
GÉLERIES (B)
JARNOTERIE (SNB)
TOURAINE DIVERS 
CHARBONNIER
MANDARD
RENAUDIE
CHAISE
CHARMOISE
MONTIGNY
Domaine des ROY
SANCERRE DIVERS 
NATTER (S) (r)
BROCK/SARRY (S)
CHEVREAU (S) (r)
MALBETE (R) (r)
J-M ROGER (S)
TEILLER (MS) (r)
CHAILLOT (CH) (r)
GILBON (MS)
Roger NEVEU (S)
Daniel REVERDY (S) (r)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
CHESNAIES (A)*
FLINES (A)*
BRÉZÉ (S)
DULOQUET (A)*
GUÉ D'ORGER (A)
GAUDARD (A)
NOYERS (A)
SAUMUR-CHAMPIGNY
BESSIÈRE*
SAINT-JEAN*
VIEUX BOURG*
CHAMPS FLEURIS*
MENAIS*
ROCFONTAINE
ROCHES NEUVES
SEIGNEURIE
(PARNAY)
(SAINT-VINCENT)
CHINON
Marie-Pierre RAFFAULT*
CAVES de la SALLE
L'ABBAYE
BÉGUINERIES
BONNELIÈRE
GASNIER
GRILLE
NUEIL
Jean-Louis PAGE
(Wilfrid ROUSSE)
Philippe ALLIET
(ROUET)
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 
GESLETS (B)
VERNELLERIE (B)
CHASLE-MÉNARD (B)
CHÊNE-ARRAULT (B)
LA GARDIÈRE (SNB)
MINIÈRE (B)
VALLETTES (SNB)
CLOS DE L' ÉPAISSE (SNB)*
DELANOUE
LES PINS (B)
TOURAINE DIVERS 
(L'AUMONIER)
SANCERRE DIVERS 
FOUASSIER (S)*
(LAURENT*)
BELLEVUE (SP)*
GILBERT (MS)*
LAUVERJAT (S)
MASSON-BLONDELET (S)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
(ROCHER (A)*)
SAUMUR-CHAMPIGNY
(MAURIÈRES)
CHINON
(NOBLAIE*)
(PAIN)
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 
(Laurent MABILEAU (SNB))
TOURAINE DIVERS 
SANCERRE DIVERS 
MARIE DU FOU (Mareuil)
IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Choississez une région pour voir un autre classement : 
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

samedi 6 juin 2009

Les meilleurs vins sur vos viandes

Les viandes blanches
v Brochettes et côtelettes d’agneau : la plupart des vins rouges, avec une préférence pour les Bordeaux relativement souples ou des vins très parfumés (Corse, Bourgueil…).
v Côtes, escalopes et ris de veau : des rouges légers comme les vins du Beaujolais, un Sancerre rouge, voire un Graves. Sinon, des blancs denses et parfumés (Alsace, Pernand-Vergelesses, Vouvray).
v Côtes, escalopes et ris de veau à la crème : un Puligny-Montrachet, un Châteauneuf-du-Pape blanc, un Coteaux-du-Layon jeune.
v Curry d’agneau : un vin blanc onctueux et épicé comme le Gewurztraminer, ou un Condrieu.
v Gigot d’agneau : des Bordeaux tanniques (Médoc, Pessac-Léognan), un Saumur-Champigny, un Chinon ou un Chambertin.
v Jambon, côtes et rôti de porc : des rouges légers (Beaujolais) ou plus ronds (Saumur, Touraine, Côtes-de-Bourg, Gaillac), et des blancs complexes (Côtes-du-Jura, Condrieu, Pouilly-Fumé, Chablis Premiers Crus).
v Rognons : des vins riches, rouges (Volnay, Saint-Émilion) ou blancs (Jura, Quincy) selon leur préparation.


Les viandes rouges
v Bœuf bourguignon ou pot-au-feu : le même vin rouge que celui employé pour la cuisson, et tout particulièrement un Bourgogne puissant (Pommard, Mercurey), un Gigondas, un Minervois ou un Bandol.
v Bœuf rôti : la plupart des vins rouges assez corsés et tanniques, les Bordeaux relativement jeunes, les Bourgogne (Auxey-Duresses, Santenay), ceux de la vallée du Rhône (CDR-Visan), ceux de la Loire (Chinon)…


Les volailles et le gibier
v Canard : des vins puissants et parfumés comme un Hermitage, un Châteauneuf-du-Pape, un Gevrey-Chambertin ou un Pauillac.
v Confit de canard : des vins corsés (Madiran, Cahors, Saint-Émilion, Corbières, Corton).
v Gibier à plume : des rouges corsés (Pommard, Hermitage, Moulin-à-Vent, Bandol, Cahors, Pauillac, Saint-Émilion, Châteauneuf-du-Pape…) ou Ven­danges Tardives et Sauternes.
v Gibier à poil : des rouges encore plus puissants (Côte-Rôtie, Bandol, Saint-Estèphe).
v Oie : soit un vin blanc légèrement moelleux (Anjou…), soit des rouges frais et légers (Beaujolais, Touraine…). Si c’est une oie farcie, un Margaux ou un Côte-de-Beaune.
v Poulet à la crème : des blancs demi-secs ou moelleux de Loire, dess blancs secs puissants et ronds (Pessac-Léognan, Meursault)

mercredi 7 janvier 2009

Saint-Émilion Grand Cru Clos Trimoulet


CLOS TRIMOULETSitué au nord de Saint-Emilion, le "Clos Trimoulet" est une propriété exclusivement familiale, où cinq générations de viticulteurs se sont transmis un savoir faire ancestral. Guy Appollot et ses deux fils ont su préserver cet héritage traditionnel tout en le conjuguant aux techniques les plus modernes. Les hectares de la propriété sont répartis en plusieurs parcelles avec des sols argileux et sablonneux qui apportent au vin charpente, longévité et finesse. Les raisins sont ramassés à parfaite maturité et grâce à une longue cuvaison qui extrait au maximum les tanins, le "clos trimoulet" est un excellent vin de garde. Toute la production est mise en bouteilles à la propriété à partir de 18 mois d'élevage qui s'effectue en barriques de chêne. Ce Grand Cru riche et généreux, coloré, dense et ferme en bouche au nez caractéristique où dominent les fruits rouges mûrs, les épices et l'humus, de belle évolution, vraiment remarquable. Goûtez l'excellent Montagne-Saint-Emilion Château Chevalier-Saint-Georges, dont la vinification et l'élevage sont similaires au Clos Trimoulet, et où l'exposition du vignoble et son terroir essentiellement argileux en font un vin au caractère et à la personnalité différents, charnu et typé, qui bénéficie d'un remarquable rapport qualité-prix-plaisir.

COORDONNEES
Nom du propriétaire : Earl Appollot
Nom du responsable : Earl Appollot
Adresse : 33330 Saint-Emilion
Téléphone : 05 57 24 71 96
Télécopie : 05 57 74 45 88
E-Mail : clostrimoulet@vinsdusiecle.com
Site Vins du Siècle : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet
Site personnel : clos-trimoulet.com

mardi 11 novembre 2008

La Bourgogne à table

v Auxey-Duresses. Si le blanc est parfait avec les poissons de rivière ou une volaille, le rouge, riche, bouqueté, tout en bouche, s’accorde bien à la plupart des viandes rouges ou aux gibiers.

v Chablis. Ampleur, suavité, vivacité et persistance aromatique pour ces crus de Chablis, à déguster sur des poissons de rivière, des langoustines flambées ou une côte de porc charcutière.

v Chambolle-Musigny. Charme, puissance, finesse, couleur et concentration aromatique prédominent. Idéal sur un dindonneau à la broche ou une bécasse.

v Puligny-Montrachet et Chassagne-Montra­chet. Bouquetés, secs et suaves à la fois, de beaux vins tout en persistance aromatique, pour les poissons et les viandes blanches cuisinées.

v Corton-Charlemagne. Il se savoure avec un turbot poché, un veau Orloff ou une dinde aux marrons, un foie gras au naturel ou du caviar.

v Côte-de-Beaune et Hautes-Côtes-de-Beaune. Bouquet et souplesse en bouche en font un rouge à boire sur un poulet rôti ou un jambon, du rosbif froid et un saint-nectaire.

v Fixin. Solide et coloré, un Fixin se goûte fort bien avec une palombe, un coq au vin, voire un curry de mouton.

v Mâcon. Une escalope (ou une langue) de veau et des poissons grillés pour le blanc, le gibier à plume pour le rouge qui s’accorde également avec une raclette.

v Mercurey. Le rouge, ferme et fruité, d’excellente évolution, se goûte avec des beignets d’aubergines, une perdrix au chou ou un reblochon.

v Meursault. Riche, parfumé, suave en bouche, un Meursault jeune se boit avec des ris de veau ou une dinde aux marrons. À maturité, il lui faut une blanquette de veau, des morilles à la crème ou des quenelles de brochet.

v Nuits-Saint-Georges. Alliant charpente et finesse aromatique, ces vins s’accommodent d’un ragoût d’agneau, d’un civet de lapin, de grives ou d’un bourguignon.

v Pommard. Solide et coloré, un grand Pommard se savoure sur des mets subtils et puissants à la fois, comme une palombe, une poule au pot, les viandes en sauce et le gibier.

v Pouilly-Fuissé. Idéal sur un saumon grillé, des ris de veau, une poularde en croûte de sel ou des quenelles de brochet.

v Rully. Le rouge s’accorde bien avec un jambon de sanglier, un canard farci ou le gibier. Le blanc avec tous les poissons.

v Santenay. Sa structure lui permet de se marier avec la plupart des gibiers et les ragoûts (daubes). Idéal dans sa jeunesse avec une épaule d’agneau boulangère.

v Vosne-Romanée. Concentration aromatique et velouté demandent un pintadeau en sauce, un poulet sauté aux morilles ou un râble de lièvre.

samedi 23 août 2008

Des Morgon de Charme

Domaine BEL AVENIR Alain et Cécile Dardanelli 71570 La Chapelle-de-Guinchay Tél. 03 85 36 75 02 Fax. 03 85 33 86 91 e-mail : domaine.bel.avenir@wanadoo.fr On se fait vraiment plaisir avec leur Morgon Charmes 2006, corsé et gras, riche, aux tanins très élégants, d’une belle finale, aux notes de griotte, très prometteur. Beau Moulin-à-Vent Elodie 2005, dense, typé, au bouquet subtil et ample (violette, pruneau), un vin de bouche très équilibrée et persistante, de belle garde. Le Moulin-à-Vent Laura 2004 poursuit sa belle évolution, chaleureux comme on les aime, d’une grande richesse aromatique (mûre, épices), de robe intense, ferme, tout en fruité, mêlant rondeur et charpente en bouche. Excellent Régnié 2005, où dominent les fruits rouges et la violette, qui allie finesse et charpente, un vin de bonne garde. Goûtez aussi le Chénas Grand Guinchay 2005, très équilibré, aux arômes d’épices, de fruits rouges et de poivre, aux tanins présents et soyeux à la fois, réussi comme ce Beaujolais La Chapelle Bois de Loyse, de robe brillante, qui sent les fruits frais.

Domaine BRISSON Domaine des Pillets Chemin des Romains 69910 Villié-Morgon Tél. 04 74 04 21 60 Fax. 04 74 69 15 28 e-mail : vin.brisson@wanadoo.fr www.gerard-brisson.com À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Beau Morgon cuvée Noble Tradition 2004, de jolie robe pourpre, avec des notes de mûre et de poivre, de bouche à la fois puissante et ronde, non encore à maturité. Le Morgon Les Charmes 2005 est un vin remarquable, corsé, alliant souplesse et complexité aromatique, d’une belle couleur aux reflets violets, avec des arômes de groseille, de poivre et de cassis, puissant en bouche, d’excellente garde. Le 2003 se goûte parfaitement actuellement, d’une belle couleur rubis prononcé, avec des nuances subtiles de kirsch, de bouche persistante, charpenté, très harmonieux, caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation. Démontrant le potentiel d’évolution de ces vins, le Vieilles Vignes 99 est superbe, aux reflets pourpres, aux arômes de fruits mûrs (cassis, mûre) et de réglisse, de bouche puissante, un vin étoffé, coloré et complexe comme nous les aimons, d’excellente évolution. Les vins collectionnent les récompenses, et on le comprend.

Bernard et Vincent DONZEL Fondlong 69910 Villié-Morgon Tél. 04 74 04 20 56 Fax. 04 74 69 14 52 Très beau Morgon cuvée Prestige 2006, élevé en fûts 8 mois, charnu, au nez de fruits surmûris (framboise, cassis) et d’humus, de bouche intense et dominé par le pruneau confit, un vin très équilibré, riche, tout en persistance, à déboucher sur un civet. Le Morgon cuvée Tradition 2006, issu de terrains schisteux granitiques, est bien typé, un vin complet et puissant, aux nuances de cerise confite, alliant structure et élégance en bouche. Excellent Chiroubles cuvée Tradition 2006, tout en finesse aromatique, harmonieux, tout en souplesse, de bouche pleine, où dominent les fruits rouges et la violette.

Château de PIZAY Directeur : Pascal Dufaitre 69220 Saint-Jean-d’Ardières Tél. 04 74 66 26 10 Fax. 04 74 69 60 66 La propriété s’étend sur 80 ha autour du château dont 40 plantés en vignes. Beau Morgon Château de Pizay 2006, velouté, aux arômes puissants de fruits noirs et de sous-bois, un vin ample et très chaleureux, prometteur. Le Régnié Château de Pizay 2006, aux notes de fruits macérés et d’épices, est charnu et charpenté, légèrement poivré, de couleur profonde, un vin classique et racé comme nous les aimons. Excellent Brouilly Château de Saint-Lager 2006, de bouche ronde et persistante, de jolie robe, tout en arômes (cerise, violette), à la fois fruité et riche. Le Château de Pizay est aussi un superbe hôtel 4 étoiles installé dans un magnifique château des XIVe et XVIIe siècles.

Voir aussi

Millesimes

jeudi 15 mai 2008

Des recettes gourmandes, des vins superbes... chaque semaine, gratuitement, dans VinoVox

Chaque semaine, gratuitement, recevez dans votre mail, la Newsletter de VINOVOX, le 1er WebVin Magazine

Tarte aux poivrons grillés à l'origan.

Les tartes aux poivrons, les cocas aux poivrons ou les empanadillas , je les aime toutes, une entrée simple et si goûteuse ! Cette fois-ci pour varier encore , j'ai fait une pâte sablée, trés sablée parfumée à l'origan. Si bonne que je l'ai refaite quelques jours aprés :-) La recette :- 125 grs de beurre mou- 40 grs de lait - 240 grs de farine- 1 cc rase de sel- 1 cc d'origan séché- 2 poivrons rouges, 1 vert.- 1 gousse ...

Beaumes-de-Venise Domaine Beauvalcinte

Domaine de 8 ha. Vous apprécierez leur CDR-Beaumes-de-Venise rouge cuvée les Trois Amours 2004, coloré et complexe, avec des tanins fins mais bien présents, dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, un vin ferme et persistant en bouche. La cuvée Mon Trésor 2005 CDR blanc est tout en suavité (pur Viognier, élevage sur lies fines durant 3 mois), un vin parfumé, fin et riche à la fois, avec ces notes subtiles de ...

Domaine du Parandou

Exploitation de 30 ha (3e génération). Très réussi, ce CDR-Sablet rouge 2005 (Grenache, Syrah et Cinsault, vignes de 25 ans en moyenne sur sol argilo-calcaire en terrasses, élevage en cuve béton) est un vin au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des notes de fumé, bien charnu, riche en bouche, de couleur pourpre. Goûtez le CDR-Village Sablet blanc 2006, aux nuances de fruits secs, alliant rondeur et persistance ...

Soupe glacée de melon au crabe - Pain perdu avec ricotta aux framboises

Je vais enfin pouvoir souffler un peu. Mes mains sont remplies d’ampoules mais je suis satisfaite de mon travail. Mes bacs à fleurs sont installés et non sans peine. Que de monde chez mon pépiniériste préféré !J’ai bien failli en venir aux mains pour repartir avec mes géraniums. Les mauvaises herbes sont éradiquées jusqu’à la fin de la semaine, mon purin d’ortie prêt à intervenir contre les invasions de pucerons, mes petites ...

3 petites verrines sucrées , y'en aura pour tous les goûts !!!!

3 verrines dont les recettes ont été piquées à droite et à gauche : léger , rapide et en individuel ça fait toujours un bel effet .Il y avait dans l'ordre : - les crèmes de nougat sur panna cotta de fruits rouges de chez Au beurre fondu- le tiramisu revisité par Celiael : mousse de marrons sur lit de gaufres belges à la banane , surprenant et divin- la panna cotta de chez Amuses bouche : cardamone , clémentine .Je vous laisse cliquer ...

Vins et Saveurs dans VINOVOX

Voir le site de Millésimes

Voir les Classements 2008 des meilleurs vins de France

Voir VinoVox et s'abonner gratuitement

Millesimes

samedi 26 avril 2008

Coups de cœur à Puligny-Montrachet

Louis CARILLON et Fils Jacques Carillon 21190 Puligny-Montrachet Tél. 03 80 21 30 34 et 03 80 21 30 75 Fax. 03 80 21 90 02 e-mail : louiscarillonetfils@free.fr www.louis-carillon.com Exceptionnel Bienvenues-Bâtard-Montrachet 2005, un grand vin racé où s’entremêlent les fruits frais et la vanille, de bouche puissante où dominent les fleurs (aubépine, genêt) et le pain brioché, alliant structure et distinction, tout en harmonie, de bouche persistante. Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Champs-Canet 2005 allie à la fois finesse et ampleur, un vin d’une belle couleur jaune clair, brillant et limpide, avec ces notes de pêche, de noix et d’abricot, de bouche harmonieuse. Excellent Puligny-Montrachet 2005, typé comme ce Saint Aubin Premier Cru Les Pitangerets 2005, de bouche pleine et parfumée, très bien vinifié. Domaine Marc JOMAIN Catherine, Philippe et Christophe Jomain 11, rue du Monument 21190 Puligny-Montrachet Tél. 03 80 21 93 46 Fax. 03 80 21 94 45 e-mail : info@domaine-jomain.com www.domaine-jomain.com Toujours au sommet. Domaine de 9 ha exploité par les frères et sœur Philippe, Christophe et Catherine Jomain. Pratique de la lutte raisonnée, vendanges manuelles, vins élevés en fûts de chêne et vinifiés de manière traditionnelle... Leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes 2005, racé et suave, est très classique, de robe intense, riche au nez comme en bouche, tout en nuances aromatiques (tilleul, noisette), d’excellente évolution. Beau Puligny-Montrachet Premier Cru Les Pucelles 2005, d’une belle harmonie, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, suave, riche en bouche (agrumes, aubépine, amande…), un vin d’une grande maturité. Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Referts 2005 est dans la lignée, riche au nez, avec des notes de rose et d’aubépine, intense, à la fois charpenté et distingué, d’une belle onctuosité et d’une finale intense. Goûtez aussi le Saint-Aubin Premier Cru blanc Les Frionnes 2004, de belle couleur jaune ambré, aux nuances de noisette, d’une jolie finesse, alliant rondeur et vivacité, tout en bouche comme l’Auxey-Duresses rouge, aux notes de cerise confite et de sous-bois, de très bonne garde.

dimanche 2 mars 2008

Trois Coteaux-Varois remarquables

Domaine de FONTLADE Scea Baronne Philippe de Montrémy 83170 Brignoles Tél. 04 94 59 24 34 Fax. 04 94 72 02 88 e-mail : fontlade@orange.fr www.chateau-de-fontlade.com Le vignoble de 40 ha s’étend sur des coteaux calcaires. Un vrai coup de cœur pour ce Coteaux Varois en Provence rouge cuvée de l’Ermitage 2004 (60% Syrah, 30% Grenache et 10% Cabernet), élevé 8 mois en barriques de chêne, au nez complexe où dominent la cerise et l’humus, aux tanins mûrs et présents, de belle charpente, généreux en bouche. La cuvée Saint-Qvinis rosé 2006, aux arômes d’agrumes, bien équilibrée en acidité, tout en fraîcheur persistante, est un vin complexe et rond, à savourer sur une friture. Domaine du LOOU Scea Di Placido 83136 La Roquebrussanne Tél. 04 94 86 94 97 Fax. 04 94 86 80 11 e-mail : domaine-du-loou@wanadoo.fr Beau Coteaux Varois en Provence rouge cuvée Vieilles Vignes 2004, avec des arômes de fruits noirs (mûre, cassis), riche, complet et très équilibré. Excellent rouge Les Terres du Loou 2003, corsé, aux notes de sous-bois et de fraise mûre, alliant structure et souplesse. Le blanc cuvée Esprit de Blanc 2006 (60% Rolle et 40% Sémillon), parfumé (fleurs blanches, miel), est tout en rondeur, avec une note de fraîcheur qui lui est caractéristique. Très jolie cuvée Rosée de Printemps, charmeuse, franche et fruitée au nez comme en bouche. Domaine de TRIANS Jean-Louis Masurel Chemin des Rudelles 83136 Néoules Tél. 04 94 04 08 22 et 01 42 96 01 96 Fax. 04 94 04 84 39 et 01 42 15 16 70 e.mail : trians@wanadoo.fr www.trians.com Un beau Coteaux Varois en Provence Château Trians rouge 2003, issu de petits rendements (30 hl/ha) des cépages Grenache et Syrah, élevé durant 18 mois en foudres de chêne, un vin charnu, de bouche puissante et dense, aux tanins bien fondus, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges mûrs et d’humus. Le blanc 2006 (Sémillon, Rolle, Ugni blanc et Clairette, élevage sur lies fines), associe finesse et suavité. Voir le Classement 2008<br /><br />&lt;a href="http://www.millesimes.fr/acheter.php" target="_blank"&gt;&lt;img src="http://www.millesimes.fr/images/achetez-blog.gif" border="0"&gt;&lt;/a&gt;<br />

Millesimes

dimanche 17 février 2008

Guide des régions viticoles

Pour tout savoir sur les sols des vignobles, les cépages, l'accord des vins et des mets, les caractéristiques des appellations et des vins, cliquez sur une région.

vendredi 15 février 2008

La qualité du millésime 2007 en Alsace

__Brigitte Dussert : depuis 3 ou 4 ans, vous semblez déçu par certains vins d’Alsace... __ Patrick Dussert-Gerber : j’aime l’Alsace, origines obligent, et, cette année, les conditions climatiques ont été délicates, et les rendements habituels, très importants dans cette région, ne sont pas un atout pour réussir le 2007. Il fallait être très sévère sur les rendements. Paradoxalement, un certain nombre de vignerons alsaciens ont un problème : c’est leur richesse ! Quelques-uns commencent à s’endormir sur leurs lauriers puisqu’ils vendent très bien leurs vins depuis des années. Je trouve que les vins d’Alsace que l’on goûte sont décevants depuis quelque temps, les vins sont trop mous, manquent justement de cette acidité, c’est pour cela que le 2007 sera un bon retour aux sources. Je suis souvent déçu par des vins qui ont moins de typicité, qui sont de plus en plus ronds, qui manquent de fraîcheur. Ils sont “douceâtres”, avec de forts taux de sucres résiduels. Que ce soit le résultat d’un réchauffement climatique ou une façon de faire des vins plus souples, je le regrette, et il y aura d’ailleurs un bon nombre d’éliminés dans mes prochaines sélections. Je préfère un vrai riesling, frais, franc que l’on a plaisir à déboucher sur une douzaine d’huîtres, plutôt qu’un Pinot gris qui a le même goût qu’un Gewurztraminer, et dans lequel il est bien difficile de trouver une quelconque trace de minéralité.

Même les Vendanges Tardives sont parfois des vins trop gras, on a perdu cette notion de vivacité, de fraîcheur, qui signent d’ailleurs les grands vins liquoreux de garde. En 2007, la qualité dépendra de la conscience professionnelle du vigneron, et il faudra vraiment frapper à la bonne porte.

Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits et à leur multiplication sur les étiquettes où l’on se perd... Les millésimes 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été beaucoup plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2004, 2001, 2000, 97 ou 89).

samedi 12 janvier 2008

Château Moncets

Coup de cœur pour son Lalande-de-Pomerol 2004, élevé dans la grande tradition, au nez de truffe et d’humus, est un vin corsé, de très belle structure, d’une belle finale, typé et intense, qu’il faut savoir attendre. Le 2003 est un vin de bouche puissante, très fin, bien charnu, équilibré, parfumé (fumé, griotte...), de très bonne évolution. Le 2002 est riche au nez comme en bouche, avec ces notes de d’épices et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux à la fois. Remarquable 2001, d’un beau rubis foncé, un vin rond et épicé, associant finesse et charpente comme on les aime, de très bonne évolution, un vin parfait sur un gigot d’agneau, par exemple. Le Château La Bastidette 2004, très bien charpenté, associant finesse et structure, aux tanins puissants et soyeux à la fois, très complexe, un vin de couleur profonde, parfumé (cassis), où la souplesse prédomine. Excellent 2003, structuré, très élégant, aux tanins riches et veloutés à la fois, tout en finesse aromatique, un vin qui allie distinction et richesse, de bonne garde.

Mr De Jerphanion

33500 Lalande-de-Pomerol Téléphone :05 57 51 19 33 Télécopie : 05 57 51 56 24 Email : moncets@moncets.com Ou : www.moncets.com

samedi 5 janvier 2008

Le Vin Jaune des Macle

Le Vin Jaune est issu exclusivement du raisin Savagnin (ou “Naturé”), proche du Traminer de la vallée du Rhin. Vendangés tardivement, les raisins surmaturés sont pressés et leur jus connaît alors une première fermentation. Au printemps suivant, le vin est soutiré et entreposé dans des petits fûts de chêne durant 6 (minimum autorisé) à 10 ans. Peu après cette mise en barriques, il se forme un voile étanche à la surface du vin qui le protège plus efficacement du contact de l’air. Cette mince pellicule évite l’opération d’ouillage en aspirant elle-même l’oxygène et interdit ainsi toute oxydation du vin. Il va sans dire que ce style de vinification, difficile car peu maîtrisable, est à l’honneur des propriétaires du Jura, et l’on comprend que ces vins puissent être chers. Le vin prêt à boire est mis dans des bouteilles réservées exclusivement aux appellations Arbois jaune et Château-Chalon, dénommées “clavelin” (63 cl). Un grand vin d’exception (il n’a son égal nulle part au monde) qui peut vieillir indéfiniment et devient indestructible.

Le Château-Chalon, dont l’aire de production (l’AOC date de 1936 et s’étend sur les parties du territoire des communes de Château-Chalon, ­Menétru-le-Vignoble, Nevy-sur-Seille et Domblans, situées sur les pentes au pied de la falaise du Bajocien) est limitée (50 ha), appartient à la grande famille des Vins Jaunes, la plus belle expression du Savagnin. Ici, Jean et Laurent MACLE (Tél. 03 84 85 21 85), 12 ha de vignes en Château-Chalon et en Côtes-du-Jura, sur des terres argilo-calcaires et éboulis de falaises en surface, exposition sud-est et plein sud, sont un berl exemple cde la passion des hommes pour cultiver leur vignoble (travail à la chenille, façonnage des terrasses...) et défendre cette appellation, n’hésitant pas à mettre en place une dégustation d’agrément en fin d’élevage, avant la mise en bouteilles. On remarque le sceau de l’AOC sur la bouteille clavelin caractéristique. Excitez donc vos papilles avec ce superbe Vin Jaune Château-Chalon 99 (35 hl/ha, Savagnin), issu d’une sélection de vieilles vignes et d’un petit vignoble planté sur un sol argilo-calcaire, un grand vin racé, très typé, avec ces arômes incomparables de noix fraîche et d’épices, de grande matière, d'une grande garde, élevé très soigneusement en fûts de chêne 6 ans minimum, de très grande évolution (certains se gardent un siècle), qui vaut largement son prix quand on sait les soins qu’il faut lui consacrer.

mardi 1 janvier 2008

Les meilleurs vins d'Alsace

Lire la suite

lundi 31 décembre 2007

VinoVox, c'est parti !

Le voilà, le résultat de notre force sur Internet. Le 1er vrai magazine du Vin sur le Web, alimenté par des centaines d'articles, de liens, de flux, de reportages, de présence sur le terrain... C'est -une nouvelle fois- du jamais vu, gratuit et unique ! Le mieux, c'est que vous alliez voir : Vinovox

dimanche 30 décembre 2007

VinoVox, le 1er magazine WebVin

Le voilà, le résultat de notre force sur Internet. Le 1er vrai magazine du Vin sur le Web, alimenté par des centaines d’articles, de liens, de flux, de reportages, de présence sur le terrain… C’est -une nouvelle fois- unique ! Le mieux, c’est que vous alliez voir :

Le voilà, le résultat de notre force sur Internet. Le 1er vrai magazine du Vin sur le Web, alimenté par des centaines d'articles, de liens, de flux, de reportages, de présence sur le terrain... C'est -une nouvelle fois- unique ! Le mieux, c'est que vous alliez voir :

<script type="text/javascript"> function Ctrlform(thisform) {

with (thisform) { var err = 0; html_error =\'\'

if(email.value=="") { if (err != 1) email.focus(); err=1; html_error+=\'Le champ Email est vide\n\'; }

if

jeudi 8 novembre 2007

Bourgogne : les vins de l'année

Mes sélections (voir celles de MILLESIMES) sont sévères cette année, tant il y a des crus trop chers et d’autres à des prix déments dans la région, difficilement cautionnables désormais, souvent “ciblés” pout l’export, intelligemment délaissés en France comme en Belgique. En fait, ce n’est pas un problème de prix, mais bien de rapport qualité-prix. Une bouteille simplement “bonne” à 30 e (minimum) ce n’est plus acceptable, voilà tout ! Et, connus, anciens, réputés ou non, il s’agit vraiment de faire attention à certains noms dans la région pour ne pas se faire avoir. La notoriété, comme à Bordeaux, ne suffit plus.

Pourtant, les vins de Bourgogne que vous allez retrouver dans le Guide cette année méritent leurs prix, à 10 e comme à 25 e, à 50 e comme à 100 e, certains dépassant même cette limite pour l’extraordinaire millésime 2005, où la demande est mondiale. Il suffit de comparer leur qualité intrinsèque à d’autres vins de mode totalement surcotés que l’on trouve en Languedoc, dans la Vallée du Rhône et à Bordeaux pour s’en assurer.

La force des terroirs est omniprésente, et on ne doit s’intéresser qu’aux vignerons dignes de ce nom, ceux qui pratiquent l’amour du terroir associé à une convivialité exemplaire, et c’est ce qui compte ici, tant cela peut manquer dans d’autres régions. Car ici, le vin est avant tout un art de vivre. On partage un moment (et on boit un “canon” en même temps) avec ces vignerons talentueux et passionnés, souvent très discrets, mais avec lesquels on partage, quand on les connaît, une convivialité rare.

Ici, il y a donc les incontournables qui élèvent quelques-uns des plus grands vins rouges du monde (Lamarche, d’Angerville, Trapet, Moillard, Rebourseau, Bourrée…), ou blancs bien sûr, tant cette catégorie ne supporte pas de comparaison (Clos des Perrières, Ampeau, Antonin Guyon, Tremblay, Pinson ou Laroche à Chablis…); d’autres avec des vins vraiment exceptionnels pour leur rapport ­qualité-prix-typicité (Blondeau-Danne, Prunier, Laleure-Piot, Marey, Doudet-Naudin, Audoin, Chevillon…), et enfin un véritable vivier de crus qui méritent une commande, que l’on retrouve notamment dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans l’ensemble des appellations.

Bien sûr, il s’agit de savoir faire le bon choix, tant la complexité des classements en crus, clos, climats, et le fait qu’un vigneron puisse posséder une multitude de crus dans un périmètre très restreint (quelques ares…) ne peuvent que multiplier les différences. La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente.

Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands Crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands Crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers Crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

Bien entendu, ici comme ailleurs, quelques producteurs élèvent des vins trop “travaillés” (et bien chers) où le fût neuf est employé à l’extrême, ce qui n’est pas pour arranger le Pinot noir notamment, qui demande de la finesse. Il en va de même pour certains blancs, où la barrique (et tout le baratin que l’on va vous raconter) ne remplace pas le terroir...

Mes Classements 2008 vous permettent de faire le point, en tenant compte qu’il existe une véritable hiérarchie interne à chaque catégorie et qu’il ne faut pas comparer, bien sûr, un classement d’une appellation à celui d’une autre appellation.

jeudi 18 octobre 2007

20 sur 20 ? mon blog perso qui note mes coups de cœur...

Je me fais plaisir, et j'y aborde pratiquement tous les sujets : la Boxe (regardez attentivement le jeu de jambes d'Ali, et Bretonnel), Sarkozy (je soutiens plus que jamais), Dido (et des vidéos superbes de Clapton, des Stones, de Dylan, Lou Reed, Brian Ferry, Amstrong, ou Callas), Rugby (de Bernard "Madrange" aux Blacks), ce qui nous met mal à l'aise (dont la précarité et cette pauvreté stagnante dans notre pays riche), Villepin (et sa rancœur), une rubrique houlala (de Catherine Breillat à Paris Hilton, du Japon à Jean-Claude Van Damme), le FMI (Strauss-Kahn, pas mal payé), Goldman (Là-bas), de quoi rire ou pleurer, mais aussi le génie des hommes avec les montres à complications (et un Planétarium époustouflant), les voitures à Paris, les vins Californiens, le scandale d'EADS (info ou intox ?), la Poste, mais encore Kouchner (j'aime bien), Lawrence d'Arabie, Rothko (et Soulages, et Warhol, et Tal-Coat, et Krémègne...), Ségolène Royal, BHL, Clearstream, la TVA des restaurateurs, les ministres, l'iPhone, Vuitton, les Echecs, quelques tacles à Fabius (mais aussi à Royal, Copé, Santini, Juppé, Bayrou ou Jospin), Ibiza, de quoi avoir honte, des conseils pour bien acheter (et éviter des vins à prix incautionnables), un peu de technique (du vin soda aux cavernes de Mars), de beaux vins..., des coups de chapeau (Google, Dominique Ferrandez, Cervantes, Imagine et My Sweet Lord en live...), les vins de Toscane, pas mal de coups de gueule ou tout comme (Toupie, Bollinger, les vins de cépages, Parker, Citadelles du Vin...), mes infos préférées (Europe 1, Guillaume Durand), les livres (Alamut, Vargas Llosa, Tourbillon...), bien sûr, puis la crise américaine, ce qui nous fait sourire (dont des articles sur le vin parus dans Le Figaro et Le Monde), les stocks-options (il est bien, Seguin), Brad Pitt, les copeaux de bois, le Champagne, l'astronomie, les grèves, voir et revoir Keyser Soze... le tout noté de 1 à 20, avec humour (quelques vidéos top de Nicolas Canteloup, Gad Elmaled, Florence Foresti), ironie ou conviction. De quoi se divertir mais surtout s'informer sur 20 sur 20 ?

mercredi 17 octobre 2007

Gagnez des bouteilles

Voir notre Concours

samedi 13 octobre 2007

Top Vins de la semaine

Chaque semaine, suivez la sélection des meilleurs vins.

Voir

Et aussi

Les liqueurs

Les liqueurs de fruits

Les liqueurs de fruits, obtenues par macération des fruits dans l’alcool durant plusieurs mois, stabilisation par le froid et addition de sirop, sont les plus riches en vitamines (gare au régime). La plus célèbre est la crème de cassis, que l’on mélange à tort et à travers avec du vin blanc en la proposant sous le nom de Kir, sans préciser que le véritable Kir, celui du Chanoine, ne se préparait qu’avec du Bourgogne aligoté. Les autres ne méritent que le nom de vin blanc-cassis. Goûtez-la aussi seule, pour elle-même.

Le Cherry Brandy, obtenu par macération de cerises dans de l’alcool pratiquement pur, tient la dragée haute aux autres liqueurs issues de framboises, prunes ou mirabelles. Il faut le boire pur dans un verre frais, comme la plupart des digestifs à base de fruits rouges. En Suisse, on n’hésite pas à rajouter des arômes de chocolat pour proposer un “Chéri Suisse”, dont l’exploitation du nom semble manifeste. A ce propos, les contrefacteurs sont nombreux. La palme revient à la Maison Suze (liqueur de Gentiane, à boire surtout en apéritif), qui, depuis près de deux cents ans, voit sa bouteille (caractéristique pourtant) outrageusement galvaudée. Qu’elle se rassure, comme certains bijoutiers et couturiers, on ne copie que ce qui peut en valoir la peine, et c’est une manière comme une autre de faire parler de ses produits (souvenez-vous de sa publicité).

Lire la suite

- page 1 de 2